Tuesday, January 10, 2006

Pervers Narcissique

Pervers Narcissique
Moi aussi, j'ai été la victime d'une perverse narcissique ;((



Deoraya (appelons là comme ça) est un monstre. Deoraya est une perverse narcissique. Et je suis tombé dans son piège. Et j'en suis sorti, difficilement, pas sans casse.
Je ne souhaite à personne de vivre avec une manipulatrice perverse, c'est destructeur. Voici l'histoire.
J'ai rencontré cette femme sur un site de rencontres, il y a deux ans et demi. Elle est, comme beaucoup de manipulateurs, bien insérée socialement, (dentiste sur la côte ouest), intelligente, pas belle mais avec un certain charme.
Son côté fantasque m'a séduit. Nous n'habitons pas la même ville mais nous nous voyions souvent, les week-ends, quelquefois en semaine, pendant les vacances. Que de bons moments nous avons passés.
Notre relation s'est construite petit à petit, faite de discussions, de partage, d'unissons, du moins le croyais-je.
Très vite, nous nous sommes dit notre amour. Le mien était sincère. Les pervers sont très fort pour faire croire que nous avons trouvé ce que nous cherchons. Nous nous somme juré amour et fidélité. Quelle ne fut pas ma surprise de découvrir qu'elle continuait à draguer sur le net !
Après une première explication, elle s'est désinscrite du site (pour moi, c'est un outil, sans plus) mais y est revenue tous les 3 mois. Et elle a commencé son oeuvre destructrice : mensonges permanents, pour les plus petites choses, préservatifs trouvés dans sa chambre, bien en évidence (évidemment, ils sont arrivés par génération spontanée).
Alternance de je-t'aime et de mensonges jusqu'à ce que je découvre ses liaisons (indices laissés par hasard?). Bien sur, tout est faux, j'affabule. Que de témoignages de tendresse, que de preuves d'amour.
Et le malaise s'installe, indéfinissable, qui culpabilise, qui génère de la honte. Quelque chose ne tourne pas rond. Me trompes-je? Oui, bien sur ! Et j'ai commencé à gamberger, à me documenter (lire le livre de Isabelle Nazare-Aga : les manipulateurs et l'amour).
Elle a 21 caractéristiques sur 30. J'aurais dû comprendre plus tôt l'incongruance entre ses dires et ce qu'exprimait ses yeux alors : ils sont transparents, glacials, des yeux de poissons morts, de robot. Ca aurait dû faire tilt ! Pas une once de chaleur dans le ton de sa voix, un ton monocorde, froid (autre caractéristique des pervers narcissiques).
Puis je me suis intérrogé sur son histoire personnelle. Un mari qui a fuit, des enfants devenus distants avec elle, évitants et qui ne la regardent pas dans les yeux quand ils lui parlent, qui ne lui parlent que peu : elle les a psychologiquement flingués.
Autant de signaux que je n'ai pas vus d'emblée : nous passons de bons moments auprès de ces personnages désiquilibrés.
J'ai compris que je ne pourrais pas construire avec elle - et quel choc lorsque j'ai compris-. Les pervers jouent avec les émotions, s'en délectent, en jouissent.
Tout est bon : dans son espèce de marais poitevin des sentiments où tout est trouble et nauséabond, organiser la pénurie sexuelle est un de leurs jeux favoris (et pourtant, quel cageot au lit!). Des petits mots blessants, des gestes humiliants (tape sur la tête en public : "alors doudou, tu perds la boule?"), tout est bon pour abaisser.
Alors que faire ? Pendant des mois, j'ai cru que c'était moi qui me faisait des idées : elle est si dynamique et a tant d'amis !
Fuir est la seule solution : on ne gagne pas contre une perverse. Le temps ne compte pas, elle est patiente, très patiente.
Comme le dit Marie-France Hirigoyen dans son livre "le harcèlement moral", "les pervers narcissiques sont considérés comme des psychotiques sans symptômes, qui trouvent leur équilibre en déchargeant sur un autre la douleur qu'ils ne ressentent pas et leurs contradictions internes qu'ils refusent de percevoir. Ils "ne font pas exprès" de faire mal, ils font mal parce qu'ils ne savent pas faire autrement pour exister. Ils ont eux même été blessés dans leur enfance et essaient de se maintenir ainsi en vie. Ce
transfert de douleur leur permet de se valoriser aux dépens d'autrui."
Alors, j'ai fuit, il n'y a pas d'autres solutions. Ce fut douloureux et j'ai culpabilisé mais maintenant je me reconstruis. Et la vie est belle.
Mais qui sera sa prochaine victime?

2 Comments:

Blogger mie said...

merci pour ton témoignage. Je te souhaite une année 2006 plus sereine et heureuse :)

2:03 AM  
Blogger titouan said...

Je ne sais pas si tu as réussi à t'en sortir cpm^mètement, ce que je te souhaite mais, moi j'ai l'impression que je subirai toujours la domination de mon ex-compagne qui m'a détruit psychologiquement. Après avoir subi plusieurs mois le discours paradoxal, les humiliations, j'ai voulu me rebeller et défendre mon point de vue et dès que j'essayais, cela virais au conflit et l'escalade jusqu'à ce que ce moi qui m'excuse, qui demande pardon même si je ne savais pas pourquoi je le faisais, elle m'a d'ailleurs avoué qu'elle considérait que s'excuser c'était un aveu de faiblesse, pourtant elle l'exigeait souvent de moi ou de mes fils. Par la suite las de ces conflits stériles qui ne faisaient que me détruire, j'ai pris sur moi, j'acquiescais car dès qu'une conversation mettait en cause l'un de ses points de vue, elle avait toujours des arguments pour me prouver que j'avais tort et si j'insistais pour donner les miens, son ton montait pour m'accuser de ne pas l'écouter de ne pas l'entendre ou alors, elle fuyait le sujet pour me renvoyer à mes défauts ou son sujet favori, mes garçons qu'elle jugeait trop bruyant et qui dans tous les cas étaient la cause de nos problèmes tandis que sa fille se permettait de me dire tu m'emmerdes car j'éteignais la TV devant des amis, et elle a affirmé a sa mère que ce n'était pas vrai qui bien sur l'a crue. Ce n'est que de brefs exemple de ce que j'ai vécu au cours de ces trois dernières années ou elle a réussi à me couper de presque tous mes amis et de ma famille. Cela me fait du bien de l'écrire aujourd'hui, je sens qu'il faut que cela sorte de moi pour pouvoir reprendre pied. J'ai bien sur ma psy 1/2h par semaine mais aujourd'hui, je me sens libéré de cette chape de plomb qui me détruisais et me minais, j'ai l'impression qu'en parler me permettra en quelque sorte de l'exorciser. Je comprend effectivement qu'il n'y avait rien à faire face à ses certitudes et le fait qu'elle est persuadée qu'elle détiens la vérité. Elle a été jusqu'à essayer de me faire changer de psy considérant que celle que je vois à Rennes devait être un gourou pour pouvoir me conseiller de rompre la relation, elle voulait que je change d'antidépresseur car je m'enfoncais toujours plus dans la dépression. Elle m'affirmait qu'elle n'avait rien à voir avec ma dépression et que j'était un malade responsable de mon état, que c'était du à mon enfance qui n'avait pas été heureuse, qu'il fallait me faire interné pour me faire soigner ce qu'elle a d'ailleurs essayé de faire en appelant régulièrement mon médecin traitant pour que celui-ci influence la psy car elle avait aussi appelé ma psy qui a refusé de l'entendre. Je crois que je vais essayé de créer mon propre blog pour raconter tout cela car, plus il y aura de témoignages comme le tien ou comme celui de Mie ou Pervertus, mieux ce sera pour ceux qui souffre d'une telle relation. Et, d'autre part, si jusqu'à ces derniers temps, je culpabilisais et fuyais tout le monde tellement j'avais honte de moi or cela a contribué à m'enfoncer toujours un peu plus et heureusement pour mes enfants, lors de tentatives de suicide je me suis raté, c'était peut-être un acte inconscient qui sur le moment m'a fait perdre totalement confiance en moi car je n'avais même pas été capable de mettre fin à mes jours et de plus, elle m'accusait par la suite de lui faire du mal, que c'était monstrueux que je ne pensais qu'à moi ...

Je ne sais pas si un jour je reverrais le soleil, j'ai déjà vécu des épreuves douloureuses avec le décès il y a 6 ans de mon épouse après un cancer qui a duré 7 mois et des souffrances terribles pour elle. J'ai eut du mal à redresser la tête et à l'époque je m'étais réfugié dans le travail. Mais, aujourd'hui même si la souffrance est différente, j'ai l'impression que je ne m'en remettrai jamais tout à fait.

8:50 AM  

Post a Comment

<< Home